Lillian Gordis - Harpsichord
 
France Musique affiche.jpg

Programme

1:10 : Prélude & Sarabande en ré mineur - Louis Couperin

10:57 : Interview

16:06 : Melancholy Pavan & Galliard, In nomine XII - John Bull

28:35 : Fantaisie chromatique et fugue BWV 903 - Johann Sebastian Bach
 


Virtuosité et pédagogie au premier Paris Clavecin Festival, Julien Bordas, Classicagenda. (5.7.2017)

...Le lendemain matin, c’est au Musée de la musique de la Cité de la musique – Philharmonie de Paris, au cœur de l’étage XVIII° siècle, que Lillian Gordis régalait les auditeurs, parmi lesquels on apercevait aussi de simples visiteurs, attirés par le récital. Lors du concert-commenté intitulé « Un clavecin mal et bien tempéré : une histoire sociale », la musicienne, originaire des Etats-Unis et disciple de Pierre Hantaï, expliqua le principe du tempérament et illustra ses propos par l’interprétation de nombreuses pièces. En effet, cette façon d’accorder des instruments à sons fixes comme le clavecin, a évolué au fil des siècles : du tempérament mésotonique, qui nous paraît aujourd’hui légèrement âpre à l’oreille, au tempérament inégal, pour finir par le tempérament égal, utilisé de nos jours.

La transcription pour clavecin d’un madrigal à 5 voix de Gesualdo, réalisée par Lillian Gordis et jouée sur un instrument au tempérament mésotonique, nous fit comprendre le caractère particulier de cet accord, basé sur un intervalle pur de tierce. De plus, à l ‘époque, « les inégalités sociales trouvent un écho dans les inégalités de ce tempérament » précisa l’interprète, enchainant ensuite des pièces de Frescobaldi, Bull, Rameau ou Louis Couperin.

Pour jouer la redoutable Fantaisie chromatique et fugue de Bach, un changement d’instrument s’imposa ! En effet, en Allemagne du XVIII° siècle, le tempérament inégal était quant à lui basé sur un intervalle de quinte…

Pour terminer, Lillian Gordis offrait au public quatre sonates de Domenico Scarlatti, remarquablement interprétées, et servies par un toucher précis. Isolé socialement au cours de sa vie, ce contemporain de Jean-Sébastien Bach, fit « le grand écart entre bourgeoisie et pauvreté » nous confia la claveciniste, justifiant de nouveau les liens existants entre tempérament et histoire sociale. Hélas, le Siècle des Lumières viendra sonner le glas du clavecin… avant son retour au milieu du XX° siècle.

Avec ce nouveau festival, défendu par de talentueux musiciens, le clavecin a enfin un nouvel espace d’expression au cœur de la capitale !


À nous Paris, Édition Fête de la Musique 2017.

A nous Paris - Paris Clavecin Festival juin 2017.jpg

Sinfonia : 27e Festival Baroque du 26 août au 2 septembre en Périgord, Michel Jakubowicz (3.7.2017)

...une nouvelle révélation du clavecin, Lilian Gordis, inscrira à son programme 12 Sonates de D. Scarlatti ! ...


À nous Paris, Édition Fête de la Musique 2016.


« The Keys of Life », Anna Hartley (20.1.2016)


« A Concert from Another Time », Paris Diary by Laure. (3.1.2016)

...The great surprise was to hear in Bach, 23 year old and American Lilian Gordis, who had met her partner, traverse player Johanna Bartz in Schola Cantorum Basiliensis, in Basel and was playing with her for the first time in public.

Harpsichord can sound tedious when badly played and we were not in Versailles, listening to Hervé Niquet or William Christie. Yet the emotion was total and the silence and intensity of the audience’s listening was part of the quasi mystic experience. Sixty persons of all ages (including a very quiet five year old), sitting on stools and benches, were mesmerized by these two young ladies who devote their lives to baroque music and seem extremely happy. Three sonatas, a partita for flute and the 5th suite anglaise for harpsichord, were all delightful pieces and my friend Eric, who had accompanied me to various Bach organ and piano recitals before, seemed even happier this time. The intimacy and originality of the room added to the emotion of discovering two brilliant young artists, followers of such regulars as Scott Ross or Jean Rondeau who all started there.  We might have to go to Versailles, Royaumont or Basel next time to hear them again !...


IMG_1434.jpg