Lillian Gordis - Harpsichord
EN

L’ensemble VOIX OBLIGÉES est né d’amitié et de collaboration. Cela est l'élaboration du travail effectué par les duos formés par Lillian Gordis avec Anthony Marini (violon) et Johanna Bartz (traverso) pour jouer les sonates pour clavecin obligé et un dessus. Une envie s’est créée naturellement d’explorer le répertoire en trio, les concertos pour clavecin et les triples concertos pour violon, traverso et clavecin. Une équipe à géométrie variable, avec la participation régulière de Varoujan Doneyan, Boris Winter, Bimo Yudomartono, Nicolas Verhoeven, François Leyrit et Myriam Mahnane.

Des concerts pour Musacor (2015), Jeunes Talents (2015-2016) et une résidence-formation à la Fondation Royaumont (2017) mènent à des nouvelles collaborations dans l'avenir, dont la première était les concertos à deux clavecins de Bach avec Bertrand Cuiller (2017). En 2018, Jérôme Hantaï est soliste invité de l'ensemble.

Ensemble à géométrie variable dédié à la musique obbligato pour voix et instruments de Johann Sebastian Bach.

Lillian Gordis : direction et clavecin.


Cet ensemble s'appelait autrefois Oasis of Horror. Here is our story :

« ...une oasis d’horreur dans un désert d’ennui... »

J’avais envie de regrouper sous cette référence – tirée du poème « Le Voyage » de Baudelaire et reprise dans un essai par l’écrivain chilien Roberto Bolaño – beaucoup de mouvements artistiques qui m’inspirent, sans se limiter au baroque.  Si la musique est « une oasis dans un désert d’ennui », elle peut être aussi bien remplie de beauté que d’horreur. Avec les musiciens qui partagent cette recherche, nous cherchons à aborder l’œuvre intemporelle de J.-S. Bach en allant au-delà du « joli », à la rencontre d’une musique que sa grandeur connecte au panthéon des émotions humaines, parfois tant bien que mal. Dans un deuxième temps, nous cherchons à étendre ce travail commun à d’autres médiums artistiques, en favorisant des œuvres qui, plus que de simples divertissements pour l’esprit, ont le pouvoir de toucher et de choquer tour à tour.

Oasis of Horror, c’est se réfugier de l’ennui perpétuel d’un désert facile. C’est s’exposer, se déplier, s’enivrer, s’offrir aux rencontres infimes de l’intemporalité. La musique ne devrait jamais être une ode à la beauté facile, mais plutôt un lieu d’expression partagée, couvrant l’éventail des passions humaines, de la joie à la souffrance, en passant même par la naïveté. Depuis les débuts du renouveau de la musique ancienne, il nous a fallu combattre l’image d’une simple historicité, puis d’une beauté « à l’ancienne ». Pourtant, rien dans cette musique, dans les arts de l’époque, ne correspond à cette simplification trop courante. Héritiers de cette nouvelle tradition, les musiciens d’Oasis of Horror souhaitaient se démarquer de l’historicité hiératique (et trop souvent douteuse, soit insuffisamment recherchée, soit pas assez nuancée). Nous ne souhaitons pas dépoussiérer le répertoire de Bach, mais bien montrer qu’il a, en lui-même, toute sa place au XXIe siècle, et qu’il peut faire partie de notre paysage artistique contemporain sans avoir à singer son histoire, ni à l’ignorer.

J’avais choisi le nom de mon ensemble pour lutter contre une tendance vers la beauté léchée et médiatisée dont souffre la génération actuelle des « baroqueux ». Le concert est un moment de voyage par excellence, dans lequel l’auditeur et le musicien s’efforcent de dépasser la banalité. Dans notre monde sur-connecté et sous-motivé, la facilite d’accès à tout peut facilement rendre paresseux et nous soustraire à ce besoin de remise en question qui est si essentiel pour l’acte artistique. Même le simple interprète doit au public d’endosser pleinement cette responsabilité et de mettre à contribution cette fascinante boîte d’outils qu’est l’infinie richesse de l’expérience humaine. En ce sens, c’est aussi l’horreur et son oasis qui nous sauveront de l’ennui, par le biais d’un voyage loin du spleen, loin d'une gratification trop instantanée.

Pour autant, ce nom pourrait repousser et faire peur. Notre but final, de nous libérer par la « voix obligée » dans l'oeuvre de Bach a inspiré ce nouveau nom : Voix Obligées. Ce mélange d’instruments, de voix, de musique sacrée et profane cherche sa raison dans l’universalité absolue de l’art de Bach ; toute sa grandeur aussi bien que les détails techniques viennent inspirer, instruire et nourrir ces jeunes artistes, qui se lancent au défi de suivre dans les pas de Bach et élargir la palette artistique au maximum. VOIX OBLIGÉES retrouve en fin d'histoire son identité dans l'obligé.

Nous restons bien sûr habitants de l'Oasis, se servant autant que possible de l’image, de la vidéo, d’installations et d’autres moyens de communication de haute qualité. VOIX OBLIGÉES s'installe encore plus fermement sur ce terrain, prêts à nous servir des techniques de communication les plus avancées afin de rendre visible et accessible notre conviction que tout peut, et doit, servir la grande musique.


PSHantaï_D3_1628_web.jpg

VOIX OBLIGÉES en trio/quatuor

Pièces de clavecin en concerts - Jean-Philippe Rameau

Offrande Musicale - Johann Sebastian Bach

Sonates pour clavecin obligé

[3-4 musiciens]

IMG_0817.jpg

VOIX OBLIGÉES s'agrandit

Concertos à deux clavecins  - Johann Sebastian Bach

[6-7 musiciens]

IMG_5988.jpg

VOIX OBLIGÉES grand format

Concertos pour clavecin - Johann Sebastian Bach

5ème concerto brandebourgeois

2ème suite d'orchestre

[7-8 musiciens]

Oasis of Horrors__D3_8359-Edit (1).jpg
FR

The ensemble VOIX OBLIGÉES was born out of friendship and collaboration, the extension of the duos formed by Lillian Gordis with Anthony Marini (violin) and Johanna Bartz (traverso) to play sonatas for obbligato harpsichord and a treble instrument. This naturally created a desire to explore the trio repertoire, harpsichord concerti, and triple concerti for violin, traverso and harpsichord. VOIX OBLIGÉES has a variable form based around the regular participation of Varoujan Doneyan, Boris Winter, Bimo Yudomartono, Nicolas Verhoeven, François Leyrit, and Myriam Mahnane.

Concerts on the series Musacor (2015) and Jeunes Talents (2015-2016), as well as a residency-workshop at the Fondation Royaumont (2017), have led to new collaborations, the first of which consists of of Bach’s complete concerti for two harpsichords with Bertrand Cuiller (2017). In 2018, Jérôme Hantaï is the ensemble's invited soloist.

Multifaceted ensemble dedicated to music for music for obbligato voice and instruments of Johann Sebastian Bach.

Lillian Gordis : direction and harpsichord.


This ensemble was once called Oasis of Horror. Here is our story:

« ...une oasis d’horreur dans un désert d’ennui... »

This quote, derived from Charles Baudelaire’s poem, ‘Le Voyage’ and appropriated by the Chilean author Roberto Bolaño in his essay ‘Literature + Illness = Illness’, inspired me to bring together several artistic movements that inspire me and that go beyond the Baroque: if music is an ‘oasis of horror in a desert of ennui’, it can be as full of horror as of beauty. Oasis of Horror is a group of musicians that collaborates in this quest to go beyond the ‘pretty’ in order to connect listeners to the pantheon of human emotions, for better or for worse, through the grandeur of Johann Sebastian Bach’s timeless work. We additionally seek to extend this project to other artistic media, favoring repertoire that serves as more than mere entertainment and has the power to touch as much as to shock the listener.

Oasis of Horror is a refuge from the perpetual ennui of an easy, comfortable emotional desert. It urges audiences to share in a process of exposing, unfolding and inebriating oneself through art, of offering oneself up to minute encounters with timelessness. Music should never been an ode to easy beauty but rather should offer a place of shared expression that covers the gamut of human passions, from joy and suffering to naïveté. Since the beginnings of the early music movement, we have had to fight against the limitations of strict historicism and expectations of an antiquated and irrelevant beauty. But nothing in this music and in the art of this period corresponds to this gross simplification, which is nonetheless all too common. As inheritors of this new tradition of historically informed performance, the musicians of Oasis of Horror wish to distance themselves from an ideal of hieratic historicity that is all too often under-informed and under-nuanced. We wish not to dust off the oeuvre of Bach but rather to demonstrate that it can occupy its rightful place in the contemporary artistic landscape of the 21st century without having to choose between replicating its history and ignoring it.

I chose the name of my ensemble in an effort to fight against the tendency towards the easily consumed and overly mediatised ideal of beauty from which the current generation of baroqueux suffers. The concert for us a moment of voyage, par excellence, in which the listener and the musician strive to transcend the banality of everyday life. In our over-connected and under-motivated world, the ease of access to aesthetic experiences can make us lazy and shield us from the need to question ourselves—a process that is essential to the artistic act. A performer owes it to audiences to fully assume this responsibility and to put our toolbox—the infinite richness of the human experience—to the best possible use. In this sense, it is as much horror and our oases from it that have the power to save us from ennui and to lead us on a journey far from the spleen of instant gratification and buzzing phones.

But this name also has the potential to repulse and scare our audience. Our essential goal of liberating ourselves through the necessary voices — the 'voix obligées' — in Bach inspired this new name. Our mix of instruments, voices, and sacred and secular music finds its justification in the absolute universality of Bach’s art; all its grandeur as well as its technical detail inspire, instruct, and nourish these young artists, who are challenging themselves to follow in Bach’s steps to expand heir artistic palette as much as possible. VOIX OBLIGÉES has found its identity in the obbligato.

So we remain inhabitants of the Oasis. Our concerns about media and technology notwithstanding, we appreciate the use of image, video, installations, and other high-quality means of communication. We are not hermetic in the face of social networks, but prefer to plant ourselves firmly on this terrain, ready to apply the most advanced techniques of communication to make visible and accessible our conviction that everything can and should serve great music.


VOIX OBLIGÉES

 [brevis]

Pièces de clavecin en concerts - Jean-Philippe Rameau

Musical Offering - Johann Sebastian Bach

Sonatas for obbligato harpsichord

[3-4 musicians]

IMG_0817.jpg

VOIX OBLIGÉES [longa]

Concertos for 2 harpsichords  - Johann Sebastian Bach

[6-7 musicians]

IMG_5988.jpg

VOIX OBLIGÉES [maxima]

Harpsichord concertos - Johann Sebastian Bach

Brandenburg Concerto no. 5

Orchestral Suite no. 2

[7-8 musicians]

Lillian Gordis press photo.jpg